Mise à jour du bilan de réussite de ParcourSup en STAPS

Comme nous l’avions annoncé précédemment, nous mettons à jour les résultats de notre bilan de réussite pour la première promotion d’étudiants STAPS issus de la procédure ParcourSup. La première version de ce bilan a suscité des réactions diverses, entre les pourfendeurs de la réforme, qui espéraient sans doute que ParcourSup n’ait aucun effet sur la réussite des étudiants, et ses thuriféraires, qui pour des raisons tout autant idéologiques souhaitaient voir émerger des progrès spectaculaires. Désolés de sans doute décevoir les uns et les autres, nous fournissons des données les plus objectives possibles, en toute transparence. Lire la suite

Les 5 mentions de Licence STAPS sont publiées au Journal Officiel

Le journal Officiel du 27 juin 2019 publie l’arrêté du 23 mai 2019 modifiant l’arrêté du 22 janvier 2014 fixant la nomenclature des mentions du diplôme national de licence et l’arrêté du 4 février 2014 fixant la nomenclature des mentions du diplôme national de master.

Ce texte acte la création de cinq mentions de Licence STAPS, correspondant aux parcours nationaux développés jusqu’alors dans la mention unique :
– STAPS – Activité physique adaptée et santé (APAS)
– STAPS – Education et motricité (EM)
– STAPS – Entraînement sportif (ES)
– STAPS – Ergonomie du sport et performance motrice (ESPM)
– STAPS – Management du sport (MS)

Cette création rentrera en application dès la rentrée 2019. Pour chacun des établissements actuellement accrédités pour la délivrance d’une Licence mention STAPS, la DGESIP va effectuer la transposition vers ces nouvelles mentions, en remplacement des parcours existant actuellement. Les universités sont actuellement contactées dans ce sens.

La C3D a porté officiellement une demande auprès du Ministère de l’Enseignement supérieur le 17 mai 2018, dans laquelle nous exprimions notre souhait que l’actuelle Licence STAPS soit divisée en 5 mentions autonomes. Cet aménagement nous paraissait essentiel à la lisibilité auprès des employeurs des formations de Licence STAPS, et donc à l’insertion professionnelle des diplômés. Rappelons que trois parcours de la Licence STAPS donnaient droit à l’obtention d’une carte professionnelle. Les cinq mentions de Licence STAPS resteront groupées dans un portail STAPS, affiché comme tel sur ParcourSup. Les étudiants intégreront de manière progressive la mention de leur choix, après une première année commune.

Nous remercions sincèrement l’ensemble des partenaires qui nous ont soutenu dans ce processus, et notamment le cabinet du MESRI, le cabinet du Ministère des Sports, les branches professionnelles, et l’ANESTAPS.

Le CNESER vote contre la création des cinq mentions de licence STAPS

Lors de sa séance du 16 avril 2019, le CNESER a rejeté le projet de création de cinq mentions de licence STAPS, par 4 voix pour, deux abstentions et 19 voix contre (notamment le SNESUP, le SGEN-CFDT, la CGT, et les organisations étudiantes). C’est un projet sur lequel nous travaillons depuis un an, qui nous semble essentiel pour l’employabilité de nos étudiants, et nous avons du mal à comprendre la défiance du CNESER, que nous ne pouvons guère attribuer qu’à une méconnaissance profonde de l’offre de formation des STAPS et de son fonctionnement.

On nous a dit que ce vote ne portait pas uniquement sur les mentions STAPS, mais qu’il s’agissait d’une modification plus large du cadre national des formations. En effet le projet de modification évoquait aussi sur une précision du périmètre géographique de la mention « théologie », et un changement de dénomination de la mention « sciences du médicament ». Sujets sensibles s’il en est. On ne sait pas vraiment si ce vote était une manifestation d’opposition de principe à toute évolution du Cadre National des Formations, dans un moment fusionnel intersyndical assez exceptionnel, ou si c’est spécifiquement le projet des STAPS qui était visé. On attend toujours une explication de texte crédible. Lire la suite

Plan Etudiants : malaises et incertitudes

A l’heure de la clôture de ParcourSup, les gazettes font leurs choux gras des difficultés que les universités vont certainement rencontrer dans le traitement de ces candidatures. Le Conseil d’Administration de la C3D s’est réuni ce jour et a continué sa réflexion sur la procédure que les STAPS envisagent de mettre en place pour classer les candidats. Je pense qu’on s’en sortira sans trop de problèmes…

Par contre nous sentons poindre d’autres sujets de crispation, qu’il ne faudrait pas occulter. Rappelons que le Plan Etudiants comprenait trois volets nécessairement complémentaires :

  • La suppression du tirage au sort
  • L’accroissement des capacités d’accueil dans les disciplines en tension
  • L’amélioration de la réussite des étudiants, notamment par la mise en place de parcours adaptés

Lire la suite

Les enseignements sportifs en première année de Licence STAPS

L’afflux d’étudiants en première année de Licence STAPS pose de gros problèmes dans les UFR et départements STAPS, notamment en ce qui concerne les enseignements pratiques d’activités physiques et sportives. C’est d’ailleurs un des arguments principaux retenus par les directeurs pour demander la définition de capacités d’accueil.

Il est tentant face à cette situation de préconiser la réduction des volumes d’enseignements sportifs en première année de Licence, ou a minima de reporter une partie de ces enseignements en seconde et troisième année, où la pression des effectifs est moindre.

Lire la suite

Les conférences de doyens et directeurs d’UFR s’expriment sur les nouvelles architectures universitaires

Après l’adoption de la loi de juillet 2013, tous les établissements d’enseignement supérieur se trouvent précipités dans une recomposition territoriale initiée par le « pacte recherche » (2005) et la loi LRU (2007).

Des décisions importantes visant à des fusions ou à l’ajout d’une strate supplémentaire de « communauté » entre plusieurs établissements sont censées être prises avant le 23 juillet 2014.

Dans les nouvelles architectures qui émergent, trois évolutions majeures se dégagent :

1. Une remise en cause du lien Formation/Recherche par l’affaiblissement du rôle des UFR.

2. Un découplage entre les licences et les masters, les premiers restants au niveau de l’université, les seconds fortement impliqués voire mutualisés dans les nouveaux regroupements de type COMUE.

3. Une structuration de la recherche présentée en agrégats de mots-clefs (énergie, humanités, environnement, nouvelles technologies,…). Ces termes supposés plus concrets pour les décideurs politiques et économiques (qui pourraient donc davantage contribuer aux budgets universitaires) tendent à effacer la cohérence des corpus disciplinaires et des règles spécifiques qui en établissent la légitimité scientifique.

Ces évolutions sont donc porteuses de nombreux dangers.

Nous pensons que le système public d’Enseignement Supérieur doit s’appuyer sur l’existence et le rayonnement des UFR, comme souvent dans le monde, sur le modèle des facultés.

L’UFR, « la Fac », est le point d’entrée naturel des étudiants dans le post bac et il est essentiel d’y mêler les enjeux pédagogiques et scientifiques. L’UFR est la structure qui fait vivre un couplage fort entre recherche et formation, ainsi qu’une articulation des licences et des masters.

L’existence d’entités de proximité qui assurent la collégialité, un principe d’organisation collective non fondé sur les logiques managériales, est essentielle pour le monde universitaire. C’est dans les UFR qu’exercent les enseignants-chercheurs dont le rôle est crucial pour l’avancée des recherches fondamentales et appliquées.

Une réforme structurelle d’envergure ne pourra réussir si le contact est perdu avec les réalités les plus concrètes de l’université d’aujourd’hui.

Face à tant d’enjeux, les décisions – qui ne relèvent pas de l’urgence – doivent prendre en compte l’expérience et les propositions des structures concernées et des personnels qui les font vivre. Les conférences continueront à être vigilantes sur toutes les questions qui concernent les composantes pédagogiques et de recherche.

Jean-Marc Broto (CDUS)
Sandrine Clavel (CDDSP)
Didier Delignières (C3D)
Christian Lagarde (CDD FSEG)
Philippe Saltel (CDUL)

Cadre National des Formations : Etats des lieux

Le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche a diffusé un document de travail évoquant un Cadre National des Formations, destiné à toiletter et compléter les textes de 2002 et 2011, et établir la nouvelle nomenclature des diplômes. Il s’agit encore d’un document de travail, mais qui devrait être prochainement finalisé.

En licence, les formations STAPS sont regroupées dans une seule mention, « Sciences et techniques des activités physiques et sportives », relevant de deux domaines : Sciences Humaines et Sociales (SHS), et Sciences, Technologies, Santé (STS). Le double rattachement SHS et STS correspond aux demandes de la C3D, et permettra une adaptation plus aisée aux contextes locaux. Lire la suite