720 € pour « booster » son dossier ParcourSup

L’École des métiers du service, du commerce et de l’accueil (EMSCA) avait déjà lancé à la rentrée 2015 une préparation privée aux études de STAPS. Pour un peu plus de 6000€, les stagiaires pouvaient suivre des enseignements théoriques et sportifs supposés leur permettre de réussir leurs études en STAPS. Il était également susurré que les préparationnaires pourraient plus facilement intégrer l’université, ce qui ne manquait pas d’air puisque l’entrée en Licence STAPS était alors soumise à tirage au sort. Quand ils veulent attirer le chaland, les escrocs ne reculent devant rien.

L’EMSCA remet ça cette année, en ajoutant une nouvelle formule : un stage de 10 jours, facturé 720 €, pour « booster » son dossier sur ParcourSup. Le site internet de cette « Ecole » ne fait pas dans la dentelle : « Afin de vous donner toutes les chances d’être retenu(e), votre livret scolaire doit être excellent. Par ailleurs,  le CV et la lettre de motivation que vous allez envoyer aux recruteurs via la nouvelle plateforme ParcourSup devront illustrer votre parcours sportif mais aussi votre motivation sans faille. C’est pour bien vous préparer et ajouter sur votre CV cette expérience qui fera toute la différence aux yeux des recruteurs que nous vous proposons de participer pendant les vacances scolaires à l’un de nos stages PREPA STAPS ». Lire la suite

Non, le BAFA n’est pas exigé pour rentrer en Licence STAPS…

Une dépêche AEF du 8 février 2018 rend compte des débats qui ont eu lieu au Sénat lors de la discussion sur la loi « orientation et réussite des étudiants ». Il y est notamment rapporté une déclaration de Pierre Ouzoulias, sénateur du groupe communiste : « Il est anormal qu’une université demande le BAFA dans ses attendus, comme c’est le cas par exemple à Montpellier« . Puisque cette rumeur revient régulièrement dans les déclarations des uns et des autres (journalistes, parlementaires, associations étudiantes), je souhaiterais faire une mise au point qui je l’espère sera lue, comprise et diffusée. Lire la suite

STAPS : 3200 places supplémentaires, 90 créations de postes d’enseignants

La mise en œuvre du Plan Etudiants, en ce qui concerne les STAPS, est l’objet de multiples rumeurs, souvent erronées ou détournées à fins politiques. La plate-forme ParcourSup elle-même comporte quelques erreurs, qui devraient être rapidement corrigées. Enfin, la C3D avait explicitement recommandé la prudence aux directeurs STAPS dans l’affichage de leurs capacités d’accueil, tant qu’ils n’obtiendraient pas l’assurance des moyens qui leur seraient accordés. Les données présentées ici ont été directement collectées auprès des directeurs d’UFR ou département STAPS, a priori les mieux placés pour fournir des données objectives et actualisées.

Il faut savoir cependant que les négociations sont toujours en cours dans les rectorats et les universités, et dans des conditions très différentes d’une académie à l’autre. Dans certaines académies les moyens ont été actés très rapidement et les postes pourront être publiés lors de la campagne synchronisée, plus souvent les recrutements ne pourront être réalisés qu’au fil de l’eau. Enfin dans certaines universités les budgets alloués ne semblent pas suffisants pour assurer des recrutements pérennes et l’on s’oriente plutôt vers le recrutement de contractuels. Les chiffres que nous donnons doivent donc être considérés avec précaution. Ils peuvent évoluer à la hausse comme à la baisse, mais donnent une image de la situation actuelle. Lire la suite

ParcourSup: 2000 places supplémentaires en STAPS

A l’ouverture de ParcourSup le 22 janvier, on relève une capacité d’accueil de 19368 places en Licence 1, contre 17713 l’année dernière, et 806 places en DEUST STAPS, contre 472. C’est donc en tout 1989 places supplémentaires qui seront offertes aux candidats en première année universitaire. Cet accroissement des capacités d’accueil est en partie réalisée par l’ouverture de nouveaux centres de formation, à Bourges, Nîmes, Montbéliard et Vichy, et par un effort conséquent réalisé par les structures existantes. Les UFR et départements STAPS réalisent ainsi en grande partie les objectifs fixés par le groupe de travail présidé par Thierry Terret, qui avait planché sur ce sujet au mois de novembre.

La C3D avait conseillé la prudence aux directeurs, dans l’attente des moyens en postes d’enseignants supposés accompagner le Plan Etudiant. Il semble que beaucoup aient reçu suffisamment de garanties. Ces chiffres pourraient encore évoluer, dans la mesure où dans certaines académies la répartition des moyens n’est pas encore définitivement actée.

Il convient cependant de rester vigilants: certains moyens attribués ne sont que des emplois temporaires, attribuables à des personnels contractuels ou à des ATER. Seront-ils à terme transformés en emplois pérennes d’enseignants? Les demandes de personnels administratifs ont rarement été satisfaites, or de nombreuses composantes sont cruellement déficitaires à ce niveau. Une seconde enveloppe budgétaire devrait être dévolue à l’accompagnement pédagogique de ces nouveaux étudiants: elle devra être ciblée sur les formations qui ont accepté d’accroître leurs capacités d’accueil. Enfin, cet accroissement des effectifs de première année, associé à une meilleure orientation des étudiants devrait déboucher sur de meilleurs taux de réussite. On doit s’attendre l’année prochaine à une forte pression en seconde année. Nous aurons besoin aussi de moyens pour y faire face.

Capacités d’accueil en STAPS : Chat échaudé craint l’eau froide…

La C3D l’a annoncé dès juin 2017, suite à son séminaire de Rodez : « Il n’est pas question de réduire les capacités d’accueil actuelles, et nous les augmenterons dès que les moyens qui nous seront alloués l’autoriseront »[i]. Si nous avons activement défendu l’idée de la prise en compte de compétences attendues pour parfaire l’orientation des étudiants dans l’enseignement supérieur, nous avons aussi affirmé clairement que pour que cette orientation ne se transforme pas en sélection brutale, il était nécessaire d’augmenter les capacités d’accueil dans les formations existantes (en premier lieu en Licence STAPS), mais aussi de diversifier l’offre de formation par l’ouverture de nouveaux parcours (notamment des DEUST). Lire la suite

Licence STAPS: attendus et éléments pris en compte dans l’examen des dossiers

La C3D a fait remonter au ministère les éléments suivants concernant les attendus et les éléments pris en compte dans l’examen des dossiers pour la procédure d’affectation en Licence STAPS:

Attendus de la formation

La nature pluridisciplinaire des formations en STAPS et les spécificités du champ professionnel auquel nos étudiants se destinent nous amènent à envisager quatre catégories d’attendus :

  1. Disposer de compétences scientifiques : être capable de construire un raisonnement à partir de concepts scientifiques.
  2. Disposer de compétences en matière d’expression écrite et orale, afin de pouvoir argumenter, construire un raisonnement, synthétiser.
  3. Disposer de compétences sportives : en tant que pratiquant, posséder une expérience régulière et diversifiée dans les activités physiques et sportives pour pouvoir être confronté à des mises en situation en toute sécurité.
  4. Avoir eu un investissement associatif ou avoir assuré des responsabilités collectives et citoyennes afin de mieux appréhender les dimensions de service liées aux métiers du sport.

Ces attendus décrivent les compétences favorables à la réussite en Licence STAPS. Ils ne sont pas hiérarchisés, les compétences étant toutes considérées d’égale importance. Comme il y a plusieurs manières de réussir en STAPS, des attendus faiblement développés peuvent être compensés par d’autres. Toutefois un faible niveau dans la plupart de ces attendus constitue une réserve forte pour les candidats et devrait l’encourager à se rapprocher de formations mieux adaptées à son profil.

Lire la suite

Déclaration conjointe de la CDD-FSEG, de la CDDSP, de la CDUL, de la CDUS et de la C3D sur le projet de transformation du premier cycle

Le 16 novembre 2017, l’allocution et les réponses précises de la Madame la Ministre de l’ESRI ont levé plusieurs questionnements d’importance concernant les « attendus » à définir pour l’accès à l’Université :

  • Les attendus, nationaux, se déclineront par mention de diplôme de licence ; ils seront brefs, et aisément accessibles aux usagers. Ils seront complétés par des attendus spécifiques aux établissements, comme ceux correspondants aux portails en L1.
  • La réforme a pour objectif de mieux associer qu’aujourd’hui les avis des établissements secondaires sur les potentialités de chaque lycéen et les attendus des universités.
  • Le calendrier de progression globale a été précisé à court terme, et assoupli à moyen terme.
  • L’accompagnement de la réforme devrait être soutenu financièrement, via un budget (500 M€) qu’il conviendra de flécher vers le cycle licence, et via le budget du second appel à projet « Nouveaux cursus universitaires » qui passerait de 250 à 450 M€.

Ces précisions témoignent d’une prise en compte simultanée de l’ensemble des problèmes caractérisant le lien secondaire – supérieur, et d’une volonté de les résoudre concrètement dans des délais pertinents : c’est pourquoi le soutien que nous apportons à la réforme en cours se trouve conforté. Enfin, l’ensemble des acteurs, présidents d’universités bien sûr, mais aussi vice-présidents CFVU, conférences des directeurs d’UFR et associations d’enseignants-chercheurs sont directement associés à la définition nationale des attendus pour l’accès des bacheliers aux études universitaires. Gageons que la collaboration de nos conférences avec les équipes présidentielles permettra de dépasser les clivages entre disciplines et/ou entre établissements pour que l’indispensable réforme en cours soit déployée avec pragmatisme et discernement, en termes de ressources, de calendrier et de cohésion au sein de chaque université.

Christian Lagarde, Président de la CDD-FSEG
Sandrine Clavel, Présidente de la CDDSP
Pierre-Yves Gilles, Président de la CDUL
Yves Bertrand, Président de la CDUS
Didier Delignières, Président de la C3D STAPS