Les enseignements sportifs en première année de Licence STAPS

L’afflux d’étudiants en première année de Licence STAPS pose de gros problèmes dans les UFR et départements STAPS, notamment en ce qui concerne les enseignements pratiques d’activités physiques et sportives. C’est d’ailleurs un des arguments principaux retenus par les directeurs pour demander la définition de capacités d’accueil.

Il est tentant face à cette situation de préconiser la réduction des volumes d’enseignements sportifs en première année de Licence, ou a minima de reporter une partie de ces enseignements en seconde et troisième année, où la pression des effectifs est moindre.

Lire la suite

Liste des APS retenues pour la Licence Entraînement Sportif

La liste des Activités Physiques et Sportives retenues pour la Licence Entraînement Sportif a été réactualisée le 5 décembre 2015. Cette liste fixe les activités pour lesquelles une carte professionnelle peut être obtenue, sur la base des informations spécifiées dans le supplément au diplôme. Lire la suite

Le président du Syndicat National des Moniteurs de Ski Français se lâche contre les STAPS

Le président du Syndicat National des Moniteurs de Ski Français, M. Gilles Chabert , a lâché dans le dernier numéro de la revue Trace Magazine une attaque pour le moins surprenante : « …sachez que contrairement à la formation des STAPS qui ne forme à aucun métier, donc à aucun débouché sur le mode du travail (aujourd’hui, il y en a 45000 et on continue à en fabriquer), l’ENSA forme à un métier où 100% des reçus ont du travail ».

Et M. Chabert de conclure : « Comme vous pouvez le constater, je suis en pleine forme ». Rétablissons quand même la réalité : C’est près de 53000 étudiants qui sont accueillis dans la filière STAPS. La récente enquête publiée par le ministère début 2015 révèle des taux d’insertion professionnelle de l’ordre de 92% pour les titulaires d’un master STAPS, confirmant les chiffres des enquêtes précédentes de 2009 et 2005. 86% sont des emplois pleins. Enfin près de 60% est étudiants STAPS travaillent dans le secteur privé.

Alors ou bien M. Chabert ne connaît pas ses dossiers, et il s’agit d’une incompétence inquiétante de la part du responsable d’un syndicat national, ou alors il s’agit d’une agression gratuite, étonnante au moment où l’université essaie de construire des relations constructives avec le mouvement sportif et son ministère de tutelle.

Création d’un comité de concertation Enseignement Supérieur/Jeunesse et Sports sur les métiers du sport et de l’animation

Le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et le ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Education Populaire et de la Vie Associative annoncent la création d’un comité de concertation relatif aux formations, qualifications et emplois dans les champs du sport et de l’animation, regroupant la plupart des acteurs du domaine, employeurs et formateurs. La C3D et l’ANESTAPS sont représentés dans ce comité.

Ce comité aura entre autres pour mission « les études et enquêtes concernant l’articulation métiers-formations qui feront l’objet d’échanges en termes de d’orientation et de périmètre entre les deux ministères », « la communication vers les acteurs de terrain de l’ensemble de l’offre de formation », et le suivi des « évolutions tant des métiers que des formations et leurs conséquences sur une insertion professionnelle adaptée et valorisante ».

La C3D ne peut que se satisfaire de la mise en place d’un lieu de dialogue entre les deux ministères, avec la perspective de mettre fin à des années de tension et de concurrence entre les deux systèmes de formation.

La création de ce comité semble faire suite aux assurances que nous avait donné le ministère lors de la suppression du CAFEMAS, unanimement regrettée par notre communauté, quant à la création d’une structure pouvant reprendre cette mission essentielle d’observation et d’orientation. Nous espérons que ce comité sera doté des moyens lui permettant de mener à bien ces missions, au bénéfice de la qualité des formations et de l’insertion professionnelle.