Hybridation et enseignements en STAPS Une rentrée 2020 sous contraintes sanitaires transitoires

 Imaginer des pratiques physiques laissant 4m² entre les étudiants, une distance d’au moins 10 mètres dans le cas d’une activité intense, programmer des travaux dirigés et pratiques représentant les deux tiers des maquettes de début de cursus pour des groupes habituellement de plus d’une trentaine d’étudiants, organiser les cours magistraux dans des amphithéâtres calibrés pour des promotions pouvant osciller entre 250 et 700 étudiants…, la prochaine rentrée universitaire risque de ne pouvoir se faire dans les conditions habituelles en STAPS. Dans l’état actuel des contraintes sanitaires, envisager la mise en oeuvre des enseignements STAPS relève du défi. Le texte ci-dessous reprend les échanges entre Directeurs et Doyens de la communauté STAPS autour des conditions de rentrée, sa faisabilité, ses limites et les risques de perte de sens pour la formation. 

Avant d’envisager l’enseignement à distance et parce que cela s’apprend aussi, une rentrée en présentiel, s’impose pour l’accueil des étudiants et, plus particulièrement, pour les nouveaux entrants (L1), même si celle-ci doit être étalée dans le temps et fractionnée. Mettre en oeuvre des enseignements pratiques dans les activités physiques, sportives et artistiques, sera cependant moins évident. En STAPS, ces enseignements sont au moins de deux ordres, ceux visant l’apprentissage du geste précis et ceux concernant la transmission des fondements des pratiques de l’intervention. La construction de la transmission du savoir y nécessite l’instantanéité, la gestion simultanée de l’individu et du groupe y interférant en permanence. Bien souvent, l’apprentissage du geste et de la compétence d’intervention sont présents ensemble dans les enseignements des pratiques sportives. Dans un format d’enseignement majoritaire en distanciel, ce qui s’apprend au contact, dans le faire, ce qui est propice à l’accumulation de l’expérience motrice et pédagogique, risquent largement d’être laissés pour compte. Aussi pour préserver tout le sens des études en STAPS, la prochaine rentrée ne peux se concevoir sans enseignements pratiques en présentiel. 

En effet, à partir des habilités motrices et sportives, les compétences d’intervention sont au coeur même de l’immense majorité des métiers auxquels mènent les formations STAPS. Inscrites dans les fiches RNCP des DEUG, DEUST, Licence professionnelle et Licence, ces compétences relèvent de la relation humaine immédiate, du savoir-être, de la régulation individuelle et collective permanente, de l’apprentissage en action dans un contexte de sécurité et de prévention de la santé. La modélisation théorique ne suffit pas à elle seule pour construire l’habileté motrice et acquérir les compétences nécessaires permettant, tout en régulant son apprentissage, de faire progresser l’étudiant. Pour le moins, le contexte des dispositions sanitaires actuelles ne favorise pas le développement des compétences attendues par les professionnels quel que soit leur domaine d’activité physique (éducation, santé, entraînement, compétition, insertion, médiation sociale, ergonomie du sport ou encore commercialisation…). Sauf à préjuger qu’ils ne pourraient plus s’exercer à la suite de la crise sanitaire Covid-19, nous pensons que ces métiers ont une portée sociétale et culturelle au-delà des contraintes sanitaires. La formation y menant est encore plus impérieuse aujourd’hui dans la perspective d’une reprise de la vie sociale, sportive et culturelle, et dans le domaine de la prévention-santé. Toute interdiction systématique, même pour une durée limitée, ne pourrait qu’entrer en opposition, sinon en négation de la formation STAPS dont on vient de rappeler l’utilité essentielle. 

Dès lors, pour les enseignements de pratiques physiques, sportives et artistiques en STAPS, si les mesures de distanciation physique, de gestes et d’équipements barrières constituent des règles à appliquer in extenso dans nos pratiques d’enseignement, elles ne peuvent être que temporaire. Tout n’est pas à réinventer. Les fédérations produisent progressivement leurs propres plans de reprise d’activité. Le Ministère des Sports a publié son guide d’accompagnement de reprise des activités sportives et le CNOSF son protocole de reprise d’activité physique et sportive. Pour autant, ce seront la compétence et l’expertise des enseignants de pratiques sportives en STAPS qui permettront l’adaptation pertinente des enseignements universitaires de ces activités physiques et sportives. Dans le respect des conditions sanitaires nécessaires, nous devons avoir confiance en leur capacité d’adaptation, en attendant un retour progressif vers des pratiques pleines et entières au service de la formation des étudiants. 

En effet, nos enseignants seront bien en mesure de réinterroger leurs pratiques afin de privilégier certains focus, classiquement pleinement intégrés dans la pratique globale. Dès le début de l’enseignement, responsabiliser en prévention santé dans les pratiques sportives, transformer la pratique simple des étudiants par une formation plus précoce à la pratique d’intervention, faire le choix parmi les blocs de compétences, de ceux les plus à même de s’adapter aux contraintes sanitaires, sont autant d’illustrations des possibles mises en oeuvre. Il doit sans doute en être aussi de même en ce qui concerne le choix des disciplines sportives pour le début de la prochaine année universitaire. Les solutions, les hybridations, seront locales, adaptées aux contextes et environnements dans lesquels s’exercent les enseignements de pratiques physiques et sportives afin de maintenir un niveau satisfaisant d’apprentissage des compétences définies nationalement pour chacun de nos diplômes. 

Afin de favoriser l’émergence de bonnes pratiques et de contribuer à la préparation de la prochaine rentrée, la C3D met à disposition de la communauté STAPS un recensement des protocoles sanitaires en lien avec les activités physiques, sportives et artistiques, accompagne et organise les échanges des initiatives locales, des mises en oeuvre et organisations appropriées, des conseils pratiques, des exemples de résolution de cas concrets, des équipements utiles et informe des plans d’organisation dans les établissements universitaires à partir de septembre 2020. 

Le Conseil d’Administration de la C3D. 

1 réflexion sur “Hybridation et enseignements en STAPS Une rentrée 2020 sous contraintes sanitaires transitoires”

  1. Et si le drame du COVID-19 nous obligeait à intégrer sérieusement dans la formation par la pratique sportive et artistique des domaines que nous avons négligés :
    – faut-il être dans une société médicalisée pour parler d’hygiène (quel est l’état sanitaire des vestiaires, wc, douches de nos installations sportives ? quelles conditions de pratiques sont effectives, et quelle formation de nos éducateur-rices dans ce domaine) ,
    – est-ce que la distanciation sociale n’est pas à questionner et à travailler si l’on veut lutter contre les violences sexistes dans le sport ?
    Nous risquons très vite d’oublier, alors que nous devrions transformer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page